Le régime Zone : ce qu’il est, comment il fonctionne, exemple de menu, avantages et critiques

Publié par L'équipe de rédaction le

Le régime Zone

Le régime Zone

Table des matières

Le régime zone, ou régime zone, est un plan d’alimentation riche en protéines et pauvre en glucides, basé sur le respect d’une proportion précise d’apports en glucides, protéines et lipides. Un régime qui promet de favoriser la perte de poids avec piperinox, de prévenir les maladies et d’augmenter l’efficacité mentale, mais qui est aussi très critiqué pour le déséquilibre entre les nutriments et les risques pour la santé qu’il peut entraîner.

De quoi s’agit-il ? Comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont ses avantages et quels sont ses dangers et contre-indications ? Découvrez tout sur le régime Zone dans notre article détaillé.

Acupuncture pour mincir et équilibrer l’énergie

Qu’est-ce que le régime Zone ?

Le régime Zone est un régime pauvre en glucides et riche en protéines qui s’articule autour de la règle du 40-30-30, c’est-à-dire qu’il repose sur un équilibre précis entre les macronutriments, avec 40 % des calories provenant des glucides, 30 % des protéines et 30 % des graisses, tant pour les repas principaux que pour les collations. Cette proportion vise à maintenir un équilibre hormonal précis et à moduler la glycémie pour favoriser la santé, le contrôle du poids et la réduction des niveaux d’inflammation dans l’organisme.

Histoire

Le régime Zone a été conçu par le biochimiste américain Barry Sears, un spécialiste des lipides, qui, grâce à ses recherches sur les eicosanoïdes, des hormones qui supervisent de nombreuses fonctions de l’organisme, a découvert que leur bon équilibre peut être crucial pour le bien-être et la santé. Cela l’a amené à concevoir une stratégie nutritionnelle capable de moduler leur production.

Mais pourquoi “zone” ? Ce terme, pour les sportifs, désigne l’état de forme physique et mentale dans lequel les performances peuvent être améliorées. Un état difficile à atteindre, mais qui, lorsqu’il l’est, en jargon, ” vous êtes dans la zone “, représente l’état idéal du corps.

Les premières personnes sur lesquelles Sears a testé sa méthode diététique étaient de grands athlètes

Le régime Zone vise à étendre les avantages de la “zone” pour les sportifs à tous ceux qui se soucient du bien-être et de la forme physique.

À partir des études de Sears, des révisions du régime Zone ont été élaborées. C’est ainsi qu’est née la zone italienne, qui suit les critères 40/30/30 de la zone américaine originale, mais introduit également des aliments typiquement méditerranéens dans ses tableaux nutritionnels. Un exemple est le régime Zone de style méditerranéen développé par le Dr Gabriele Buracchi. Les régimes Zone, végétariens et végétaliens, sont des évolutions ultérieures.

Le régime Zone

Le régime Zone pour l’équilibre hormonal

Le régime Zone part du principe que le corps est un dispositif métabolique complexe qui réagit activement aux aliments qu’il ingère. En particulier, nos choix alimentaires nous permettent de moduler les hormones qui jouent un rôle crucial dans le bien-être et le poids. Il s’agit notamment de l’insuline, du glucagon et des eicosanoïdes. Le régime Zone, par une allocation précise de nutriments, vise à maintenir les niveaux de ces hormones dans des valeurs physiologiques optimales. Il en résulte une réduction de l’inflammation dans le corps, la prévention des maladies chroniques telles que le diabète et les maladies cardiaques, et le contrôle du poids.

Insuline et glucagon

L’insuline et le glucagon sont deux hormones endocrines dont la principale fonction est de contrôler la fluctuation des niveaux de macronutriments, dont le sucre, dans le sang.

L’insuline, également appelée hormone de stockage, est produite par les cellules bêta du pancréas et régule l’entrée du glucose dans les cellules, qui l’utiliseront comme principal carburant de l’organisme.

Si la concentration de glucose est suffisante, les cellules reçoivent la bonne quantité de carburant, mais si la concentration est trop élevée, le foie transforme l’excès de sucre en graisse, qui est ensuite stockée dans le tissu adipeux.

Le glucagon est l’hormone antagoniste de l’insuline et remplit la fonction inverse

 

Il favorise la libération de l’énergie stockée dans les cellules. Par conséquent, si la sécrétion de glucagon augmente, l’organisme sera poussé à utiliser l’énergie, stockée sous forme de graisse, comme carburant pour ses activités.

Le régime Zone, par le biais de l’alimentation, module la libération de ces deux hormones, mettant en œuvre le contrôle de la glycémie.

Le régime de la zone contrôle les hormones de la glycémie

Eicosanoïdes
Les eicosanoïdes constituent une catégorie importante d’hormones qui régulent de nombreuses fonctions fondamentales de l’organisme, telles que le système cardiovasculaire, la coagulation sanguine, la fonction rénale, la réponse immunitaire et l’inflammation.

Ces hormones sont divisées en deux types, “bonnes” et “mauvaises”, selon qu’elles ont une fonction anti-inflammatoire ou pro-inflammatoire.

Plus précisément, plusieurs familles de substances (prostaglandines, thromboxanes, leucotriènes) appartiennent aux eicosanoïdes. Certains, notamment ceux dérivés de l’acide arachidonique (oméga-6), augmentent les réactions allergiques, la prolifération cellulaire, la pression sanguine, les réactions inflammatoires, l’agrégation plaquettaire, la thrombogenèse et le vasospasme, produisent du cholestérol LDL et diminuent le cholestérol HDL. Ceux dérivés de l’EPA et du DHA (oméga-3), ont des effets opposés, c’est-à-dire anti-inflammatoires et antiplaquettaires.

L’équilibre entre les deux assure le bon fonctionnement de l’organisme.

Comme dans le cas de l’insuline et du glucagon, le régime Zone vise à moduler la production de “bons” et de “mauvais” eicosanoïdes par l’alimentation afin de maintenir et de promouvoir un état de santé et de bien-être.

Les calories ne comptent pas
Le régime Zone met donc l’accent sur la réponse hormonale de l’organisme aux aliments et aux différents nutriments, contrairement à toutes les théories qui attribuent aux calories une place centrale dans une stratégie visant la santé et la perte de poids.

Selon les principes du régime Zone, les calories, qui sont l’outil le plus couramment utilisé pour déterminer la quantité à manger, choisir les aliments, composer les recettes et les repas, ne sont pas le meilleur moyen d’évaluer les aliments.

Un exemple : d’un point de vue calorique, les glucides et les protéines sont équivalents, car ils fournissent tous deux 4,1 calories par gramme. Mais la réponse hormonale qu’ils induisent est opposée : les glucides stimulent la production d’insuline, les protéines agissent sur le glucagon. Selon les principes du régime Zone, ne pas tenir compte de cet aspect peut conduire à des conclusions erronées sur la cause de la prise de poids. Cela ne signifie pas qu’il ne faut manger que des protéines pour perdre du poids, mais que les calories ne sont pas les seuls paramètres à prendre en compte pour mettre en place un régime approprié.

Régime de la zone : les avantages

Voici les principaux avantages du régime Zone. Ces effets positifs sont une conséquence du contrôle de la glycémie et de la réduction ou de la prévention de l’état inflammatoire de l’organisme.

Réduction de l’incidence des maladies chroniques liées au syndrome métabolique, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, l’obésité, la maladie d’Alzheimer.

Amélioration des performances cognitives.

Augmentation des niveaux d’énergie et amélioration des performances physiques, car la stabilisation des niveaux d’insuline et de glucagon permet à l’organisme d’utiliser les graisses stockées dans le tissu adipeux comme source d’énergie.
Réduction de la sensation de faim, conséquence des pics glycémiques après les repas.
Une perte de poids significative.
Régime de la zone : répartition des nutriments
Régime de la zone : les règles
Il existe 4 principes de base sur lesquels repose le régime Zone :

Suivez la règle du 40-30-30 dans la répartition des nutriments : 40% de glucides, 30% de protéines, 30% de graisses.

Répartir les repas sur 24 heures

 

Il est important qu’il ne s’écoule pas plus de 4 à 5 heures entre un repas principal et une collation et plus de 3 heures entre une collation et le repas suivant (nuit exclue). Il est conseillé de prendre un petit-déjeuner dans la demi-heure qui suit le réveil et un goûter une demi-heure avant d’aller se coucher.
Compléter le régime alimentaire avec des oméga 3.
Combinez le régime avec un exercice modéré mais régulier.
Le système de blocs
La pierre angulaire autour de laquelle tourne le régime Zone est le système des blocs. Le système de blocs est l’outil permettant de combiner correctement les aliments, tant en termes de qualité que de quantité.

Chaque personne, en fonction de son âge, de son sexe et de la vie plus ou moins active qu’elle mène, a un besoin alimentaire différent, qui se traduit par un nombre plus ou moins important de blocs. Il s’agit donc de l’élément de base qui, seul ou combiné à d’autres, constitue la base de tous les repas de la journée.

Chaque bloc complet se compose de 3 blocs, ou mini-blocs, de glucides, de protéines et de graisses.

1 bloc = 1 minibloc de glucides + 1 minibloc de protéines + 1 minibloc de lipides

Les blocs et les mini-blocs doivent respecter la proportion 40-30-30 de glucides, de protéines et de graisses.

Régime de la zone : composition d’un bloc
En détail, chaque bloc contient :

1 minibloc de glucides = 9 g
1 minibloc de protéines = 7 g
1 minibloc de graisse = 3 g
Mais comment savoir quels aliments apporter à la table pour constituer un bloc et en quelles quantités ? Le régime Zone fournit à ceux qui le suivent des tableaux : il suffit de choisir un aliment pour chaque macronutriment et d’utiliser la quantité indiquée dans le tableau, qui correspond à un minibloc.

Les mini-blocs du régime Zone : exemples d’aliments et de quantités

Il existe également sur le marché des snacks spécialement créés qui contiennent la répartition exacte du bloc, des suppléments et des édulcorants de la marque Zone. Il existe une gamme de produits de la marque Enerzona, qui identifie de manière unique en Europe la zone de régime conçue par Barry Sears, qui fournit la bonne combinaison de nutriments pour constituer un bloc. L’utilisation de ces produits facilite la gestion du régime, mais augmente son coût et n’est pas indispensable.

Comment commencer le régime Zone : guide étape par étape

La première étape pour “entrer dans la zone” consiste à calculer vos besoins alimentaires, en commençant par le quota de protéines à consommer chaque jour. Ce quota déterminera le nombre de mini-blocs de protéines, et donc aussi des autres nutriments, à fournir au cours de la journée et à répartir dans les différents repas.

Voici les 4 étapes à suivre :

1 – Calculer la masse maigre
Utilisez cette formule :

Masse maigre = poids total – % de graisse corporelle.

Pour mesurer le pourcentage de graisse, vous pouvez utiliser un instrument tel que le plicomètre.

2 – Déterminez votre indice d’activité physique
Votre indice d’activité physique vous servira, ainsi que votre valeur de masse maigre, à calculer votre apport en protéines.

Vous pouvez vous baser sur les valeurs de référence suivantes

Régime de la zone : indice d’activité physique
Les différentes valeurs de l’indice d’activité physique correspondent aux grammes de protéines par kilogramme de masse corporelle maigre à consommer, calculés sur la base de votre mode de vie plus ou moins actif.

Publicité

3 – Calculez votre apport quotidien en protéines
Utilisez cette formule :

Quota quotidien de protéines en g = masse maigre en kg x indice d’activité physique.

4 – Calculer les mini-blocs de protéines à consommer
Sur la base du quota de protéines, vous pouvez calculer le nombre de miniblocs de protéines à consommer quotidiennement. Puisque, dans le régime Zone, le rapport entre les miniblocs des différents nutriments est de 1:1, vous devez également consommer le même nombre de miniblocs de glucides et de lipides chaque jour.

Exemple : si votre quota de protéines est de 100 g, comme chaque minibloc de protéines correspond à 7 grammes, vous devrez consommer chaque jour 100:7 = 14,2 miniblocs de protéines (environ 14), soit 14 miniblocs de protéines + 14 miniblocs de glucides + 14 miniblocs de lipides, pour un total de 14 blocs à répartir sur les différents repas de la journée.

Il existe des calculateurs en ligne qui, sur la base de votre sexe, de votre poids, de votre taille et de vos mensurations, calculent vos besoins en protéines, glucides et lipides et le nombre de blocs à répartir sur la journée.

Exemple de répartition des blocs sur la journée

Voici quelques exemples pour vous aider à comprendre comment répartir les blocs sur la journée, pour un homme et une femme ayant des besoins nutritionnels différents :

11 blocs pour une femme sédentaire : 2 blocs au petit-déjeuner, 3 au déjeuner, 4 au dîner, plus deux collations d’un bloc chacune ;
12 blocs pour une femme moyennement active : 2 blocs au petit-déjeuner, 4 au déjeuner, 4 au dîner, plus deux collations d’un bloc chacune ;
13 blocs pour un homme sédentaire : 3 blocs au petit-déjeuner, 4 au déjeuner et le même nombre au dîner, plus deux collations d’un bloc chacune ;
16 blocs pour un homme actif : 3 blocs au petit-déjeuner, 5 au déjeuner et 4 au dîner, une collation d’un bloc au milieu de la matinée, une collation de deux blocs au milieu de l’après-midi et une collation d’un bloc après le dîner.

Exemples de repas

Comme nous l’avons vu, les différents repas du régime Zone se composent de plusieurs blocs, en fonction des caractéristiques de la personne qui suit le régime et de ses besoins alimentaires.

Ils vont d’un minimum de 3 blocs pour une femme à un maximum de 5 blocs pour un homme, jusqu’à 6 blocs pour un athlète.

Un repas en 3 blocs, par exemple, se compose de :

3 miniblocs d’hydrates de carbone
3 miniblocs de protéines
3 miniblocs de graisse
Voici quelques exemples.

Régime de la zone : exemple d’une collation à 1 bloc
Régime de la zone : exemple de collation à 1 bloc
Régime de la zone : exemple de déjeuner ou de dîner en 3 blocs

Régime zone : exemple de repas en 3 blocs

L’alternative aux blocs : la méthode manuelle
Pour mettre la Zone en pratique, l’alternative à la méthode des blocs est la méthode des yeux, ou méthode des mains. Il s’agit d’un système imprécis, moins précis que le système des blocs, mais très utile pour ceux qui veulent suivre la zone sans avoir à prêter trop d’attention à la pesée des aliments et pour les repas pris à l’extérieur de la maison, lorsque le système des blocs peut être compliqué à utiliser.

Il est appelé ainsi parce qu’il vous permet de mesurer les quantités d’un repas à travers votre main. Voici comment cela fonctionne.

Utilisez la paume de votre main pour mesurer les protéines : la portion de protéines doit correspondre au volume (étendue et épaisseur) de votre paume (sans les doigts).

Utilisez votre poing pour mesurer les glucides : les glucides des fruits doivent correspondre au volume de deux poignées, le pain, les pâtes, le riz au volume d’une poignée.
Le reste de l’assiette peut être rempli de légumes (salade, tomates, épinards, aubergines…).

La méthode des points

Un troisième système pour suivre le régime Zone est la méthode des “points”. Il s’agit de la dernière méthode mise au point par Barry Sears et elle diffère des deux autres par son objectif.

Les méthodes “bloc” et “œil” visent à équilibrer les macronutriments, c’est-à-dire à garantir le maintien du rapport 40-30-30 entre les glucides, les protéines et les graisses.

La méthode ponctuelle vise à limiter la charge glycémique globale d’un repas, c’est-à-dire la vitesse à laquelle le glucose pénètre dans la circulation sanguine par rapport à la quantité de glucides consommée.

Cette méthode est donc fonctionnelle pour respecter un des principes fondateurs du régime Zone, celui de limiter la consommation de glucides à index glycémique élevé et de privilégier ceux à IG faible et moyen, comme les fruits et légumes.

Un repas entre dans la logique du régime Zone si, en plus de respecter le rapport 40-30-30 entre les macronutriments

 

Il est inférieur à un certain quota de points, c’est-à-dire à un certain quota de charge glycémique.

Le quota de points à ne pas dépasser à chaque repas est le suivant :

15 points pour une femme
20 points pour un homme.

Combien de points a chaque aliment ?

Dans le livre de 2005 “The Anti Inflammation Zone”, publié en Italie sous le titre “Preventing with the Zone”, le premier dans lequel Sears théorise la méthode des points, un tableau explique, à l’aide d’exemples, à combien de points correspondent certains des aliments les plus courants, en indiquant également les quantités.

1 plat de pâtes cuites : 28 points
¼ d’assiette de pâtes complètes cuites : 7 points
1 pomme de terre moyenne : 28 points
une petite miche de pain : 28 points
1 tasse de riz : 35 points
4 tasses de brocoli cuit : 3 points
½ pomme : 5 points
3 morceaux de sucre : 6 points.

Comment appliquer correctement le régime Zone à table : les aliments à manger et à éviter

Protéines : maigres et provenant de sources animales et végétales
Les protéines constituent le pivot autour duquel s’articule la préparation d’un repas complet et équilibré. Il est important de privilégier une source favorable (protéines maigres) telle que la viande blanche (poulet, dinde), le poisson, les œufs, les légumineuses et dérivés (par exemple les dérivés du soja). La viande rouge, en revanche, doit être consommée avec modération.

Il est important, même si vous ne suivez pas un régime végétarien, d’inclure des sources de protéines végétales dans au moins certains repas de la semaine, afin de réduire la charge en protéines animales.

Régime de la zone : aliments préférés

Peu de glucides, de préférence avec un indice glycémique bas.
Suivre le régime Zone nécessite de porter une attention particulière à la “réponse glycémique” que chaque aliment provoque dans le sang, et donc à ses conséquences sur l’insuline et la glycémie. C’est pourquoi il est essentiel non seulement d’introduire une proportion adéquate de glucides (40%), mais aussi de choisir ceux qui ont une faible charge glycémique pour éviter les pics d’insuline. Les sources privilégiées de glucides sont les légumes crus et les fruits mûrs.

En revanche, la consommation de glucides à IG élevé, tels que le pain, les pâtes et la pizza, doit être très limitée.

Des fruits et légumes en abondance

Les fruits et légumes sont d’une importance fondamentale dans le régime Zone et doivent être consommés en abondance. Ils aident à contrôler l’absorption des sucres, prévenant ainsi les poussées d’insuline causées par les glucides. Les fruits contribuent également à l’action anti-inflammatoire du régime Zone grâce à leur richesse en polyphénols à effet antioxydant.

Naturellement, il faut privilégier ceux qui induisent une réponse insulinique modérée, en limitant les légumes féculents (comme les carottes et les betteraves) et les fruits riches en sucres comme les bananes et les figues.

 

Régime de la zone : les aliments à limiter

Graisses : limiter les graisses saturées, veiller au bon équilibre oméga 3 / oméga 6.
Dans le régime Zone, il est important de limiter la consommation de graisses saturées, en préférant la viande blanche à la viande rouge, par exemple.

Les graisses ajoutées à privilégier sont celles d’origine végétale telles que l’huile d’olive, les noix ou les amandes. Si l’on consomme des viandes grasses ou des fromages, il est bon de réduire l’apport en graisses ou de ne pas utiliser le mini-bloqueur de graisses car ces nutriments sont déjà présents dans l’alimentation avec les protéines.

Régime de la zone : les aliments à éviter

Les acides gras oméga 3 et oméga 6 méritent une discussion séparée. Ces acides gras essentiels étant des précurseurs des eicosanoïdes, le régime Zone, qui vise à moduler leur production par l’alimentation, propose un rééquilibrage entre les acides gras oméga 6, précurseurs des “mauvais” eicosanoïdes, et les oméga 3, précurseurs des “bons” eicosanoïdes : le rapport entre oméga 3 et oméga 6 devrait en effet être de 1:4, alors que la valeur typique des régimes des pays industrialisés occidentaux est en moyenne de 1:10. C’est pourquoi le régime Zone recommande la consommation régulière d’aliments riches en oméga 3 (tels que les poissons gras, les noix, l’huile de lin, l’avocat) ou, si nécessaire, une supplémentation.

équilibre entre oméga 3 et oméga 6

Zone Diet : critique

La communauté scientifique a formulé de nombreuses critiques à l’encontre du régime Zone. Voici les principales.

Déséquilibre entre les nutriments et apport trop élevé en protéines
Le régime Zone est considéré comme un régime hyperprotéiné, consommant trop de protéines, tant en termes absolus que par rapport aux autres macronutriments, au détriment des glucides. Les critiques soulignent que l’apport en protéines du régime Zone est supérieur aux besoins recommandés par le LARN (Niveaux d’apport de référence pour la population italienne), qui sont de 0,71 g par kg de poids et par jour pour un homme adulte (les indications du régime Zone prévoient un apport supérieur à 1 g par kg de poids et par jour). Du point de vue de l’équilibre nutritionnel, le rapport 40-30-30 entre les glucides, les protéines et les graisses est très éloigné des principes du régime méditerranéen, qui prévoit cette répartition de l’apport calorique quotidien

45-60% d’hydrates de carbone
10-12% de protéines
20-35% de matières grasses.
Puissance cétogène

Selon certains détracteurs, le régime Zone, en raison de la forte réduction des glucides qu’il comporte, entraîne la production de corps cétoniques, que le corps utilise comme source d’énergie à la place des sucres. Ces substances, qui se développent à la suite d’une altération du métabolisme, entraînent un état toxique pour l’organisme, notamment pour les reins, qui sont contraints de faire un effort pour éliminer les cétones.

Doutes sur la capacité à contrôler les niveaux d’insuline

L’une des critiques adressées au régime Zone remet en cause son principe fondateur, à savoir sa capacité à contrôler les niveaux d’insuline et à éviter les pics d’insuline, qui résulteraient du fait que ce régime associe également les glucides aux protéines et aux graisses. Cette combinaison, selon les créateurs du régime Zone, permettrait de moduler le taux d’insuline car les protéines favorisent la production de glucagon (une hormone antagoniste de l’insuline), alors que les graisses n’ont pas la propriété de stimuler l’insuline. L’association des glucides avec les deux autres nutriments allongerait également les processus digestifs, ralentissant ainsi l’assimilation des glucides et diminuant donc leur impact glycémique et insulinique.

Les critiques considèrent que cette théorie n’est pas fondée, étant donné que, d’un point de vue biochimique, tous les macronutriments, et pas seulement les glucides, ont le pouvoir d’augmenter le taux d’insuline. Cela signifie qu’un repas mixte, en particulier un repas contenant une portion de glucides, stimule toujours la sécrétion d’insuline, et ce dans une plus grande mesure que la consommation de la même portion de glucides seule. Les paramètres les plus couramment utilisés pour mesurer l’impact glycémique d’un aliment sont l’indice glycémique et la charge glycémique, mais ils ne prennent en compte que la réponse induite par les glucides. Il existe toutefois un troisième paramètre à prendre en compte, à savoir l’indice d’insuline, qui reconnaît la stimulation de l’insuline par tous les nutriments, bien qu’à des degrés divers, soulignant que les repas mixtes (en particulier ceux combinant glucides et protéines) entraînent une réponse insulinique, c’est-à-dire une sécrétion de cette hormone, plus élevée que leur réponse glycémique, comme l’indique une étude de l’Université de Sydney publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition.

Doutes sur la capacité à stimuler le glucagon

L’autre critique formulée à l’encontre du régime Zone concerne sa capacité à stimuler la production de glucagon, une hormone antagoniste de l’insuline. Les protéines stimulent en effet la libération de glucagon en même temps que l’insuline, mais c’est le cas si le repas ne contient pas de glucides : dans ce cas, l’insuline, stimulée par les acides aminés des aliments protéinés, provoque une hypoglycémie en l’absence de glucides, qui doit être contrebalancée par l’hormone antagoniste de l’insuline, le glucagon. Mais si une portion de glucides est également présente dans le repas en même temps que la portion de protéines, la production de glucagon est atténuée car l’insuline déclenche des processus tels que la lipogenèse (conversion des glucides en triglycérides) qui inhibent la production de glucagon.

Régime de la zone : critiques

Doutes quant à son efficacité par rapport à d’autres régimes amincissants.
L’ACI a souligné que rien ne prouve que le régime Zone ait un effet plus favorable sur la perte de poids à long terme que les régimes hypocaloriques pauvres en graisses.

Régime alimentaire difficile à appliquer dans la vie quotidienne
Altroconsumo, qui a analysé dans une enquête les programmes de régime les plus populaires pour perdre du poids, a attribué au régime Zone la note “médiocre”. Un jugement lié au fort déséquilibre nutritionnel de ce régime, mais aussi à son plan de repas compliqué et à son coût.

Voici les raisons :

un déséquilibre de l’équilibre nutritionnel en faveur des protéines et au détriment des glucides
faible facilité de compréhension
difficile à appliquer au quotidien, en raison de la complexité du mécanisme de calcul des besoins alimentaires et des blocs
coût moyen à élevé, surtout si des produits de marque sont utilisés.

Contre-indications

Les principales contre-indications du régime Zone sont liées à la disproportion entre les nutriments, avec un excès de protéines et une limitation des glucides.

Le quota élevé de protéines, s’il est fourni principalement par des aliments d’origine animale, peut en effet avoir des effets négatifs sur le taux de cholestérol LDL et augmenter le risque de développer certains types de cancer, en raison de l’augmentation de la consommation de graisses saturées.

Réduire la proportion de glucides ne rend pas seulement l’alimentation déséquilibrée sur le plan nutritionnel, mais peut également compromettre des fonctions importantes comme les fonctions hormonales et cognitives, car l’organisme, privé de source d’énergie, est incapable de les assurer, comme l’a également expliqué le nutritionniste Lorenzo Traversetti.

Zone Diet : le commentaire d’un nutritionniste

“Appelée par les noms les plus divers, l’augmentation considérable de l’apport en protéines au détriment des glucides a toujours été considérée à tort comme la meilleure stratégie pour perdre du poids tout en préservant sa santé”, commente Lorenzo Traversetti, nutritionniste biologiste. Cette approche a connu sa plus grande application dans le régime de la zone. Il est sans doute vrai que si nous donnons moins d’énergie à notre corps, il utilise ses réserves pour effectuer les réactions biochimiques et physiologiques normales, mais cela, surtout si cela se prolonge dans le temps, a des conséquences inévitables, souvent graves, sur la fonction rénale et hépatique”.

“Autre aspect non négligeable : notre corps, lorsque nous lui donnons beaucoup moins d’énergie qu’il ne devrait, a tendance à éliminer tous ces processus ” non prioritaires “, car ils nécessiteraient un surplus d’énergie que nous ne fournissons pas, altérant des fonctions importantes comme la production d’hormones ou les capacités cognitives. Un exemple : l’aménorrhée, conséquence d’un apport nutritionnel déséquilibré.

Comme toujours, ce n’est pas l’élimination d’un nutriment qui rend un parcours nutritionnel fonctionnel, mais plutôt un mode de vie correct et une alimentation saine, variée et complète. Un exemple parmi d’autres ? Le régime méditerranéen”.


L'équipe de rédaction

Nathalie.L. Je suis une professionnelle de l'industrie pharmaceutique avec un diplôme en pharmacie, j'ai de l'expérience dans le conseil et la recherche de produits de santé. Mon expérience professionnelle m'a conduit au goût pour le développement dans les médias écrits à travers différents sites web liés au bien-être des personnes, où depuis 4 ans j'ai pour fonction de créer des revues sur les différents produits disponibles sur le marché pour aider les personnes à trouver une solution possible à leur problèmes de santé.